Dancing in Jaffa : Le tango, peut-être un espoir pour la paix ?

Né à Jaffa d’une mère palestinienne et d’un père irlandais en 1944, Pierre Dulaine a quitté la ville avec sa famille en 1948, à la création de l’Etat d’Israël, et, installé d’abord au Royaume-Uni, puis à New-York est devenu danseur de salon professionnel. Couvert de prix, quatre fois champion du monde, lauréat du prix Fred Astaire à Broadway, enseignant dans les plus grandes écoles de danse américaines, il a voulu revoir, en 2011, le pays de son enfance et est retourné à Jaffa. Il n’y a rien reconnu, mais a eu l’idée, le désir, très vite, surtout, de tenter d’abattre le mur aussi virtuel qu’apparemment indestructible qui sépare Israéliens et Palestiniens, juifs et arabes, en faisant danser ensemble les enfants de chaque camp.
Cinq écoles, deux juives, deux palestiniennes et une mixte ont accepté, après parfois beaucoup de difficiles pourparlers avec leurs directions mais aussi les parents d’élèves, de tenter l’expérience. Cent cinquante enfants ont ainsi suivi des cours de danse, à raison de deux fois par semaine, pendant plusieurs mois, sous la houlette de Pierre Dulaine et, bientôt, de sa partenaire, la gracieuse et grande danseuse Yvonne Moreau, qu’il a fait venir pour l’occasion. Et la réalisatrice Hilla Medalia a tout filmé, pour en tirer un film de moins d’une heure et demi qui passe… comme un rêve. Un rêve de paix……

A lire sur : http://blogs.lesechos.fr/annie-coppermann/dancing-in-jaffa-le-tango-peut-etre-un-espoir-pour-la-paix-a14481.html

Leave a Reply