A Montpellier Danse, des corps saisis au moment de l’épuisement

4442598_3_f4f5_virginie-caussin-dans-empty-moves-part-i-ii_2cf1b0bdbcdee0a1f7c1cf171d4863fb

Il a converti son billet de train en voiture. Mardi 17 juin, perturbations de la SNCF oblige, le photographe Grégoire Korganow avait choisi la route pour rallier Montpellier, où il est l’invité exceptionnel du festival de danse. Si la manifestation a lieu évidemment. Difficile d’anticiper dans le contexte de mobilisation des intermittents. Samedi 21 juin, veille de l’ouverture de Montpellier Danse, une AG devait se prononcer. Au jour le jour, donc. Grégoire Korganow, qui a signé l’affiche avec une photo prise dans les coulisses d’un défilé Christian Lacroix en 2007, sera présent pendant toute la durée du festival, jusqu’au 9 juillet, avec un projet photographique intitulé Sortie de scène. Comme son titre l’indique, il s’agit d’attraper au vol les danseurs à la fin du spectacle pour les shooter sur le vif avant qu’ils ne rejoignent leurs loges.

FIL ROUGE
« Il est paradoxalement le fil rouge de cette édition, puisqu’il sera présent sur tous les spectacles, d’Angelin Preljocaj à Emanuel Gat en passant par Wayne McGregor, explique Jean-Paul Montanari, directeur de Montpellier Danse. Lorsqu’il est entré dans mon bureau il y a six mois, il m’a montré ses photos de civils blessés pendant la guerre d’Irak, sa série Père et fils… Il photographie le corps de l’humanité. J’ai eu envie de savoir ce qu’il allait voir dans les corps des danseurs. »

Source : http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/06/21/a-montpellier-des-corps-saisis-au-moment-de-l-epuisement_4442913_3246.html

Leave a Reply