Anna et le Roi, un amour haut en couleur

C’est une enclave inaltérable dans le quotidien d’un mois de juin à la météo capricieuse et socialement agité : la production du Roi et moi (The King and I), qui clôt la saison du Théâtre du Châtelet, a toutes les qualités revigorantes qu’on peut attendre d’une comédie musicale bien ficelée. Celle-ci a fait ses preuves et le tour du monde depuis sa création à Broadway le 29 mars 1951 au Saint James Theater de New York.

L’œuvre relate l’aventure d’Anna Leonowens, veuve anglaise arrivant avec son jeune fils, Louis, à la cour du roi de Siam, dans les années 1860, afin de prodiguer une éducation à l’occidentale aux enfants royaux et, partant, d’ouvrir le pays à la culture européenne. Le compositeur Richard Rodgers, brillamment soutenu par l’orchestrateur Robert Russell Bennett et par Trude Rittmann pour les danses et intermèdes, a doté l’adaptation du roman Anna and The King of Siam, publié en 1944 par Margaret Landon – et du film qui en fut tiré en 1946 par John Cromwell, avec Rex Harrison et Irene Dunne – d’une musique efficace et attachante, tandis que son complice, Oscar Hammerstein II, écrivait, de façon non moins efficace et attachante, livret et textes des chansons.

Source : http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/06/21/anna-et-le-roi-un-amour-haut-en-couleurs_4442471_3246.html

Leave a Reply