Le Musée Hergé renonce à son hommage à Charlie Hebdo

PHOde2c678e-a221-11e4-b43f-94b25e1ad929-805x453

Censée être inaugurée aujourd’hui, l’exposition sur le thème de la liberté d’expression orchestrée par l’établissement belge, n »ouvrira finalement pas ses portes au public «pour raisons de sécurité».

Tintin, l’infatigable reporter du Petit XXe créé en 1929 par le génial Hergé, doit être bien triste. Ce revirement de situation lui ressemble si peu. Alors que l’exposition hommage à Charlie Hebdo imaginée par le Musée Hergé de la Louvain-la-Neuve en Belgique devait être dévoilée au public aujourd’hui, l’établissement a décidé d’annuler l’événement qui mettait à l’honneur la liberté d’expression ainsi que les regrettés dessinateurs du journal satirique français.

D’après Le Soir, cette exposition a été annulée «pour des raisons de sécurité». Le bourgmestre Jean-Luc Roland, le chef de corps de la police Maurice Leveque et la commissaire Vinciane Bertrand ont informé lors d’une réunion de crise, Nick Rodwell, l’administrateur délégué de Moulinsart, des risques et des dangers que pouvaient faire courir l’exposition au personnel du Musée et à la population de Louvain-la-Neuve.

«Je suis favorable à la défense de la liberté d’expression et je trouve regrettable de devoir prendre acte de l’annulation de cette exposition que j’ai trouvée personnellement très émouvante», regrette Jean-Luc Roland. La Belgique est en état d’alerte niveau 3 depuis les attentats.

«Les policiers portent des gilets par-balles et ne se déplaçent plus que par deux» a-t-il précisé. «Je n’ai pas interdit l’exposition. Il faut simplement savoir que l’Union des Villes et des Communes impose certaines mesures de précautions, suite à la menace terroriste qui plane sur le pays».

Nick Rodwell, l’administrateur délégué de Moulinsart, s’est également exprimé au sujet de cette décision: «Le Musée Hergé n’est pas là pour attiser le feu. J’ai sans doute été un peu naïf. Le bourgmestre et la police ont très justement attiré notre attention sur les dangers que l’exposition pouvait représenter. En réalité, ce n’est pas le contenu mais le thème de l’expo elle-même qui peut présenter un danger», ajoutant qu’il «était inconcevable de prendre le moindre risque avec le personnel et les riverains». Il précise tout de même que la direction laissera passer quelques jours de réflexions pour réfléchir à une solution «plus sûre pour tout le monde».

Le caricaturiste Nicolas Vadot, interviewé sur la RTBF, a expliqué: «On confond vitesse et précipitation. Dans le cas du musée Hergé, cela partait peut-être d’un très bon sentiment, mais c’est vrai que monter une exposition comme cela de toutes pièces alors qu’on vient de relever le niveau de vigilance n’était pas le meilleur moment choisi. Le musée Hergé n’avait peut-être pas imaginé tout ce que cela pouvait engendrer comme problème de sécurité».

Concernant la fermeture de l’exposition sur la censure à Welkenraedt, Nicolas Vadot qui y avait des dessins, y voit du surréalisme à la belge: «Une expo sur la censure qui s’autocensure, alors qu’il n’y avait pas de menace, c’est problématique. Cela veut dire que les terroristes ont gagné et c’est beaucoup plus inquiétant».

 

Source : http://www.lefigaro.fr/bd/2015/01/22/03014-20150122ARTFIG00177-le-musee-herge-annule-l-exposition-hommage-a-charlie-hebdo.php

Leave a Reply