Non, ne partez pas avec la maquette !

“J’ai utilisé votre maquette pour mon site internet mais tout est pixelisé, c’est normal ?”. “Ça y est, la création est validée, je peux avoir le logotype cet après-midi ?”. “Je vais envoyer la maquette telle quelle en impression, elle est très bien comme ça.”. “Pourquoi ce délai ? Il n’y a plus rien à faire.”.

Ce genre de remarques, les agences de design les connaissent bien. Une fois la création validée, nombreux sont ceux qui pensent le travail terminé. Pourtant, il n’en est rien. Pire… il est risqué de s’arrêter là. Le travail d’exécution (aussi appelé production), qui suit la création, est en effet essentiel. C’est la concrétisation d’une idée créative.

J’ai fait la prod moi-même

L’AACC, l’Association des Agences Conseils en Communication, a lancé en juin 2014 une campagne de promotion des métiers de production. La campagne s’intitule “j’ai fait la prod moi-même” et signe “le succès d’une campagne passe aussi par sa production”. Elle met en avant la méconnaissance de ce métier, pourtant passage obligé de tout projet de communication, en montrant ce à quoi pourrait ressembler une campagne non exécutée…

 

C’est quoi “l’exé” ?

L’exécution, aussi appelée production, est l’adaptation et la mise en conformité d’un document de création aux contraintes techniques d’impression ou d’utilisation. En réalité, il s’agit de bien plus qu’un “simple” passage technique. L’exécution sert à sublimer le travail de la création, à garantir une cohérence globale sur tous les supports d’une marque et aussi à assurer une qualité de finition optimale. C’est l’ultime étape avant l’impression ou l’utilisation des fichiers, il faut donc une attention toute particulière. Les moindres détails sont passés en revue, retravaillés, améliorés, même lorsque le client pense que c’est terminé…

La création, en mieux

Créer une idée forte est essentiel… mais encore faut-il qu’elle puisse se concrétiser. C’est là que le travail d’exécution est tout autant essentiel. Dès qu’une création est validée, l’exécution prend le relais pour réaliser un vrai travail d’orfèvre et sublimer l’idée créative initiale. Si sa licence d’utilisation le permet, une typographie (de logotype, de titre, de nom de produit,…) peut être retouchée. On peut alors retravailler, par exemple, l’interlettrage, l’épaisseur des lettres ou redessiner les courbes de manière plus harmonieuse pour que le rendu final soit encore plus beau.

Lire la suite sur : http://www.influencia.net/fr/actualites/design-lab,tendances,execution-face-cachee-creation,5297.html

Leave a Reply