Episode 3 : Comment bien diffuser sa Bande Démo ?

Lorsque j’ai commencé ma carrière de monteuse, on travaillait à partir de VHS. Cela ne nous rajeunit pas ! Mais ce n’est pas une raison pour avoir peur des nouveaux supports de diffusion. Plus personne ne veut s’encombrer d’un DVD. Le clic & play est devenu un mode de vie à part entière. Et perdre du temps à chercher un document appartient à l’ère du Jurrassic.

Ce conseil dépasse la réalisation à proprement parler de la bande démo, mais travailler à la diffusion de sa bande démo est très important.

Bien sûr, l’idée est donc de l’avoir en ligne, sur un lien disponible rapidement et de l’envoyer facilement et de façon judicieuse aux directeurs de casting les plus susceptibles d’aimer un univers et d’y trouver l’inspiration. Personne n’aime perdre son temps, et les directeurs de casting n’en ont pas justement, du temps.

Le site lademoducomedien.com est devenu LE site de référence pour y présenter sa bande démo. Mais avant cela, il faut l’uploader sur un site web spécialisé dans la diffusion de contenus vidéos. Youtube, Viméo, Dailymotion… Le choix ne manque pas. On peut se dire que plus on utilise de supports, plus on va être vu. Ce n’est pas toujours vrai. Plus on multiplie les plateformes, moins on a de chance pour que l’une ou l’autre ne se démarque. Mieux vaut alors avoir une seule démo en ligne et la diffuser ensuite, depuis ce même lien, sur plusieurs canaux.

Les fonctionnalités de l’une ou l’autre des plateformes ne cessent d’évoluer et de se copier… Alors laquelle choisir ?

Vimeo-vs-Youtube

Si Viméo avait l’avantage de pouvoir personnaliser à souhait sa vidéo (choix de vignette, lien personnalisé, sécurité via mot de passe…) Youtube propose aujourd’hui presque les mêmes options et limite un peu moins la taille du fichier par exemple (500Mo / semaine pour un compte gratuit sur Vimeo, 20 minutes sur Youtube).

Youtube avait au début un moins bon rapport qualité d’image / débit de lecture que les autres, mais a pour énorme avantage d’être lu sur tous les supports (ordinateur de bureau mais aussi tablettes et smartphones avant les autres mais aujourd’hui, c’est aussi vrai pour Vimeo et Dailymotion) et s’est clairement rattrappé sur la qualité. De plus, Youtube propose un outils ultra pratique pour sous-titrer sa vidéo en plusieurs langues.

La différence réside aujourd’hui réellement sur le référencement. Viméo est plus pro et élitiste, parce qu’historiquement créé par des réalisateurs, mais Youtube est une marque de Google et est donc beaucoup mieux référencé sur une recherche Google simple et accessoirement, dans le monde. Dailymotion a le charme de la French Touch mais reste un peu à la traîne de ce côté là. Or, travailler à sa e-notoriété est essentiel.

Une directrice de casting me disait l’autre jour au détour d’une conversation qu’il arrivait parfois qu’en “googueulisant” un acteur, une actrice, elle tombe sur de vieilles photos pas très flatteuses, des scènes pas forcément récentes, ni vraiment dignes d’intérêt, ce qui peut être rédhibitoire. “Ce qu’il faut, me disait-elle, c’est d’avoir l’assurance en tapant son nom sur google, de tomber très vite sur son actu évidemment, mais surtout ces photos et sa bande démo les plus récentes.”

D’où effectivement l’importance de contrôler son image, en “nettoyant” régulièrement ce qui traîne sur les sites internet, de dater et taguer les éléments “officiels”. Modifier sa bande démo précédente sur youtube en la mettant en mode “non répertorié”, par exemple.

Et Facebook dans tout ça ? On peut aussi uploader sa bande démo sur Facebook. L’avantage ? Facebook privilégie la diffusion de contenus vidéos uploadés sur son propre serveur et promet donc une plus large diffusion, à tous type de publics. L’inconvénient ? Un lien pas pratique à diffuser par d’autres biais (e-mail, lademoducomedien etc.), illisible pour tous ceux qui ne sont pas sur Facebook, et surtout, une diffusion peu ciblée. En effet, contrairement à une pub, un court-métrage/bande annonce de film, une web série, pour lesquels il est utile de diffuser au plus grand nombre, selon les critères d’intérêts décidés par Facebook, la bande démo reste un outils de travail, un outils de com B to B, ciblant en particulier des RDA, les agents, les réalisateurs…

Le grand public n’a en général que faire de ce support, et vous n’avez en général que faire que cet outil soit vu et apprécié par le grand public.

Quelque soit votre préférence, et pour résumer : on upload sa bande démo sur Youtube OU Viméo OU Dailymotion, on tague la vidéo, on y crédite au maximum les réalisateurs, les acteurs, prods qui ont participé aux films dont on utilise les extraits et ensuite on diffuse le lien sur Lademoducomedien, sur Facebook à destination de ses amis professionnels, dans sa signature de mail, sur son site web si on en a un, etc. Et quand on change sa bande démo, on nettoie les tags, le mode de visibilité, les crédits de l’ancienne et on recommence le process sur la nouvelle. Petit nota bene : toutes ces plateformes sont de plus en plus soumises à des restrictions liées aux droits d’auteur et donc de diffusion. Selon l’ancienneté des films, de leur succès commercial, des musiques utilisées, et surtout les exigences diverses des diffuseurs (TF1, M6, Canal +, Universal, EMI, etc.) votre bande démo sera peut-être soumise à une monétisation (par de la pub) ou bien, il vous sera demandé une autorisation de la part des ayants droit, voire elle sera complètement bloquée. Vous devrez alors faire preuve de malice pour pouvoir contourner tous ces obstacles.

Bien sur tout le monde n’est pas forcément à l’aise avec ces technologies, et n’a le temps ni l’énergie pour se plonger dans ce travail fastidieux… Mais encore une fois, il y a des pros pour ça.-Perrine Prieur

Leave a Reply