L’avenir incertain des Centres dramatiques nationaux

Les Centres dramatiques nationaux sont nés au lendemain de la Seconde guerre mondiale, c’est à dire aux alentours de 1947. Etablissements publics de décentralisation dramatique, ils ont été majoritairement (et heureusement) dirigés par des artistes, des metteurs en scène, nommés au départ sans restriction de délais temporels. Leur évolution, au gré des décennies, a vu se préciser leur cahier des charges  (nombre de créations imposé, prorata d’œuvres contemporaines, etc) mais aussi la limite des mandats dévolus aux directeurs. A lire ici http://blogs.mediapart.fr/blog/denys-laboutiere/030413/lavenir-bien-incertain-des-centres-dramatiques-nationaux

Les théâtres privés parisiens connaissent un creux d’activité

2012 sonne une vraie contre-performance. L'année est considérée comme franchement mauvaise par les directeurs de théâtres privés de la capitale. Ils ont enregistré une baisse de 10,2 % de la fréquentation des salles. Le nombre des spectateurs est passé sous les trois millions, ce qui constitue une barre symbolique : 2,9 millions de spectateurs en 2012, contre 3,3 millions en 2011. A lire ici http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/04/18/les-theatres-prives-parisiens-connaissent-un-creux-d-activite_3161871_3246.html